NOTE POUR PLUS TARD : SE MÉFIER COMME DE LA PESTE DES « BONNES IDÉES » WEEK-ENDS DE L’AMOUREUX.

Je m’baladais d’vant le porte-revues, le cœur ouvert à l’inconnu, j’avais envie de dire bonjour à…

Non, tais-toi 2 secondes Joe, que vois-je sur notre porte-revues ? Le magazine me fixe droit dans les yeux et je crois même déceler un sourire narquois, lui qui arbore fièrement le titre « Trek magazine ».
C’est quoi ce bordel, normalement sur le haut de la pile c’est soit « Le Fooding » soit un exemplaire de « Flow ».
Je m’en éloigne prudemment, peu rassurée. Ça pue cette histoire

Quelques jours plus tard, alors que je râle parce qu’on n’a toujours pas réservé de jolie chambre d’hôtes pour notre escapade drômoise habituelle de la Pentecôte

Je perçois sur le visage de l’Amoureux un léger rictus avant de m’annoncer « Ben justement, je me disais que ce serait sympa de marcher sur 2 jours et dormir en montagne… ».
Sympa. Ce n’est pas exactement le mot que j’aurais employé pour décrire ce genre d’aventure.
« Oulà, en mai, ça me semble un peu tôt dans l’année pour dormir en tente en altitude ! » Et hop, peinarde pour un bon mois.
C’était sans compter sur cette réplique magique « On peut commencer par une nuit en refuge, j’ai justement repéré un truc dans le Vercors, la Bergerie des Chaumailloux, attends, je vais te montrer l’itinéraire sur l’ordi ! » Tu sens qu’il a bossé dur lui aujourd’hui…

La fameuse bergerie n’a absolument rien d’un refuge comme moi je l’entends

Pas d’électricité, de douche, de toilettes, de gentil tavernier pour te faire à bouffer.
Faites qu’une pluie battante s’abatte sur toute la région pile ce week-end et je promets de trier pour de vrai mes poubelles !
Je te fais ici cadeau de la dispute et de mes arguments garantis 100% mauvaise foi et sans mesure ajoutée.

Grande première oblige, il a fallu s’équiper

Et notamment acheter un sac à dos XXL, ce qui a autant d’importance qu’acheter… un appart.

Tout aussi capital, le poids du sac ! J’ai vu l’Amoureux devenir un obsédé de la pesée. Le mec a, le plus sérieusement du monde, pesé le flacon d’antiseptique en s’exclamant « Ah purée 100g ! Ça va nous plomber, faudra vraiment penser au format voyage la prochaine fois ». Mais de quelle prochaine fois il parle ?
Pesée obligatoire pour TOUT ce qui entrait dans le sac : « Enfin Nadia, on ne va pas prendre ET du papier toilette ET des mouchoirs ! »
Ou encore « Mais rends-toi compte, la bouffe pèse hyper lourd, on ne peut PAS emporter tout ça ! » « Hé, la bouffe, c’est ma vie ! Je peux bien prendre un mini cake de plus ! », lui « Mais ça plus ça plus ça … »

Laisse-moi crever là tout de suite maintenant sur le carrelage froid de la cuisine dans ce cas. Pars sans moi, je vais te ralentir.

11h, Chichilianne, sacs sur le dos et clé de la bergerie en main, nous voilà partis pour 2 jours et 1 nuit dans le Vercors

Bilan : me faire fouetter la face par un déluge de grêle, grimper avec le tonnerre et les éclairs en son et lumière, faire fi de tous mes grands principes sur la couverture de refuge et m’en faire une seconde peau, pester contre le bois trempé, mettre 2h à allumer ce foutu poêle, avoir de la cendre plein les poumons, des fringues qui puent le feu pour les 5 prochaines années, ne pas me brosser les dents, ne pas changer de sous-vêtements, me réfugier au fond du sac de couchage pour échapper aux araignées planquées dans le lambris, me retenir de faire pipi pendant 4h et par là même perdre 4h de sommeil, faire en sorte qu’aucun cm² de ma peau n’entre en contact avec le matelas qui gît à même le sol depuis des siècles, de peur de choper des puces de lit. Comment il disait déjà ? « Sympa » ?!

Laisser un commentaire